Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 

" J'apporte mon soutien à l'UCV qui incarne à Viroflay l'esprit du centrisme capable de concilier le désirable avec le possible. Un espoir pour celles et ceux qui - attachés aux valeurs républicaines - sont lassés du mouvement qui porte le pendule tantôt à droite, tantôt à gauche, sans résultats. L'UCV n'est pas une ligne neutre, son action est guidée par ce qui marche. C'est ce dont notre époque à besoin "
 
François POMPIDOU
Vice Président

Fédération Alliance Centriste
de Paris
 

Chercher Dans Ce Blog

Bientôt le tramway ...

 

Archives

Accueil (vidéo avec son)

   
                                               
Sur ce blog, vous pouvez envoyer vos commentaires à propos d’un thème abordé parmi les catégories proposées. Vous pouvez également demander la création d’un nouveau thème en indiquant la catégorie à laquelle il se rattache.

Envoyez vos textes à contact@unioncentristeviroflay.fr (votre e-mail n'est pas diffusé). A tout de suite ! 
21 août 2013 3 21 /08 /août /2013 11:10
Le changement à tout prix et le conservatisme.  
 
L’idée contemporaine de progrès est un principe d’ordre de l’histoire qui se fonde sur la découverte des savoirs qui délivrent et sauvent l’humanité de sa condition. L’affirmation du « changement à tout prix » est lui un sophisme ordinaire qui confond l’idée de progrès continu de l’homme avec un mouvement perpétuel auquel s’opposerait l’absolutisme du statu quo.
 
En réalité, le « changement à tout prix » est le socle d’une doctrine politique dont le postulat est de croire à priori en l’infériorité du passé par rapport au présent et à l’avenir. Une structure de pensée qui rejoint dans sa démarche son exact symétrique qu’est le conservatisme qui lui prône l’immobilisme et dont l’argument est celui de l’absolutisme d’un hypothétique ordre naturel figé des choses passées - qui seraient supérieures au présent - et dont il faudrait préserver les – supposés – équilibres intangibles.
 
Seulement voilà, l’illusion consolante -  et souvent manipulatrice - du progrès garanti attaché au « changement à tout prix » n’est souvent qu’une interprétation vaine du résultat futur d’un espoir que l’on fait naitre aujourd’hui mais qui ne donne à voir que sa dimension utopique, inséparable de la subjectivité.
 
En définitive, interpréter à priori tel ou tel autre proposition de changement politique comme un progrès ou non, dépend de la subjectivité ou de l’idéal de société rêvé par chacun et non de la lecture objective du point de départ de la réalité du moment.
 
Des doctrines de destruction massive de la confiance.   
 
En témoigne encore récemment le rejet rapide des Présidents Sarkozy puis Hollande peu après leur élection en 2007 et 2012. C’est là une mesure objective de l’immense désillusion du décalage entre l’attente de « changement à tout prix » que peut faire naitre en chacun un idéal rêvé et une réalité implacable.
 
C’est ainsi qu’en trente ans – à coups de désillusions et de promesses trahies – les tenants du progrès et du bonheur attachés au seul développement linéaire de l’économie et à la croissance indéfinie ont terminé de décapiter l’idéal mobilisateur d’une « vie meilleure » pour les descendants, inscrit pourtant au cœur de l’espérance collective depuis la révolution industrielle.
 
Depuis trente ans, le poids de certaines doctrines figées de droite et de gauche empêchent les propositions novatrices d’émerger et de croitre. A l’image du « développement durable » et de la grande idée d’installer une relation harmonieuse entre l’homme et sa biosphère, ou de faire de la nature une source inspirante du monde de l’entreprise, ou encore de développer une économie circulaire du moindre impact sur l’environnement … toutes ces propositions restent expérimentales et à petite échelle. Car passer d’une société de consommation à une société d’utilisation, ou bien généraliser l’éco-conception, le recyclage des produits, l’allongement de la durée de vie des objets … tout cela gêne les intérêts ou les ambitions égoïstes, cyniques ou court-termistes de pouvoirs installés, de groupes de pression, de think tanks … qui entravent la marche des idées.
 
De l’Union Centriste Viroflay : plurielle et trans-politique.  
 
A Viroflay, les centristes authentiques ne veulent ni de l’immobiliste passéiste qui fige le temps, ni de l’effervescence gribouille du « bougisme » du « changement à tout prix » qui ne masque souvent que des ambitions particulières qui n’osent s’affirmer au grand jour.
 
A Viroflay, les centristes authentiques, rassemblés au sein de l’Union Centriste Viroflay,  agissent librement et en toute indépendance pour l’intérêt général, au sein de la majorité locale du conseil municipal, des associations et de la vie citoyenne.
 
A Viroflay, les centristes authentiques se reconnaissent – au niveau national - dans les projets politiques des différentes composantes et des courants politiques qui font le centre aujourd’hui : du MoDem, de l’UDI, du Parti Radical, de l’Alliance Centriste, de la FED, de la Gauche Moderne, les sympathisants centristes non-inscrits, les écologistes indépendants …
 
Faire vivre les idées centristes : les promesses engagent.  
 
A Viroflay, en 2014, l’ambition de l’Union Centriste Viroflay est de continuer à faire vivre concrètement les idées qui font le centre authentique.
 
A Viroflay, en 2014, notre ambition est de continuer d’innover et de bousculer les évidences progressistes qui poursuivent depuis trente ans des idéaux chimériques aux contours et aux finalités floues. La cause principale qui précipite aujourd’hui les citoyens désenchantés dans les bras des partis extrémistes.
 
A Viroflay, en 2014, les centristes de l’Union Centriste Viroflay apporteront à notre ville cette éthique politique particulière, pragmatique et progressiste, au bon sens du terme. Un mélange d’ouverture d’esprit, de diversité d’opinions et de nuances d’appréciation qui tient compte des avis de chacun et décide dans le meilleur sens possible, sans démagogie, sans manipulation, sans compromission : si une proposition est réalisable et sert l’intérêt général, il faut la mettre en œuvre. Peu importe qui la propose. C’est ça le centrisme authentique et non de rester en marge de la vie politique à regarder les trains passer en se réclamant d’une indépendance solitaire, immobile et stérile.
 
Dans le monde complexe et globalisé qui est le notre, personne ne peut plus prétendre dessiner seul les contours de ce qui est bien pour tous. Plus que jamais, délimiter les contours d’un avenir pour tous passe par l’appel à l’intelligence collective.
 
 
 
Partager cet article
Repost0

commentaires